Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

Version:1.0 StartHTML:0000000176 EndHTML:0000012469 StartFragment:0000002844 EndFragment:0000012433 SourceURL:file://localhost/Users/richard/Desktop/V.%20011:01CAPES.doc

UFR de latin                                             CAPES/M1/M2 – R. Adam

 

Version 1 (pour le 14 septembre)

 

 

Texte : extrait de la V. Philippique.

 

Cicéron discute l’opportunité de négocier avec Antoine qui assiège Modène.

 

Précisions : nous sommes le 4 janvier 43. César a été tué neuf mois plus tôt et divinisé l’été suivant sous l’influence d’Octavien, son fils adoptif ; Marcus Antonius, consul en titre et maître de cavalerie, a revendiqué tout l’héritage du dictateur, et poursuit en Cisalpine, avec son frère Lucius, Decimus Brutus et les derniers régicides. Là, ils assiègent Modène, défendue par les républicains ; or Antoine est redevenu simple citoyen et doit laisser son imperium au profit d’Hirtius et Pansa, consuls entrant en charge. Cicéron est intervenu le 01 janvier contre l’idée de lui envoyer une députation, mais la rédaction du texte est datée au plus tôt du 4.

 

Ergo Hannibal hostis, ciuis Antonius ? Quid ille fecit hostiliter, quod hic non aut fecerit aut faciat, aut moliatur et cogitet ? Totum iter Antoniorum quid habuit nisi depopulationes, uastationes, caedes, rapinas ? quas non faciebat Hannibal, quia multa ad usum suum reseruabat ; at hi, qui in horam uiuerent, non modo de bonis et de fortunis ciuium, sed ne de utilitate quidem sua cogitauere.

Ad hunc, di boni, legatos mitti placet ! Norunt isti homines formam rei publicae, iura belli, exempla maiorum ? cogitant quid populi Romani maiestas, quid senatus seueritas postulet ? Legatos decernis[1] ? si ut depre-cere, contemnet ; si ut imperes, non audiet ; denique, quamuis seuera legatis mandata dederimus, nomen ipsum legatorum hunc quem uidemus populi Romani restinguet ardorem, municipiorum atque Italiae franget animos. Vt omittam haec, quae magna sunt, certe ista legatio moram et tarditatem adferet bello. Quamuis dicant quod quosdam audio dicturos : « Legati proficiscantur, bellum nihilominus paretur », tamen legatorum nomen ipsum et animos hominum et belli celeritatem morabitur. Minimis momentis, patres conscripti, maximae inclinationes temporum fiunt cum in omni casu rei pulicae, tum in bello, et maxime ciuili, quod opinione plerumque et fama gubernatur. Nemo quaeeret quibus cum mandatis legatos miserimus ; nomen ipsum legationis ultro missae timoris esse signum uidebitur. Recedat a Mutina, desinat oppugnare Brutum, decedat ex Gallia ; non est uerbis rogandus, cogendus est armis.

Non enim ad Hannibalem mittimus, ut a Sagunto recedat, ad quem miserat olim senatus P. Valerium Flaccum et Q. Baebium Tamphilum, qui, si Hannibal non pareret, Karthaginem ire iussi erant : nostros quo iubebimus ire, si non paruerit Antonius ? Ad nostrum, ais, ciuem mittimus, ne imperatorem[2], ne coloniam populi Romani oppugnet. Itane uero ? hoc per legatos rogandum est ? Quid interest, per deos immortalis, utrum hanc Vrbem oppugnet an huius Vrbis propugnaculum, coloniam populi Romani praesidi causa collocatam ? Belli Punici secundi, quod contra maiores nostros Hannnibal gessit, causa fuit Sagunti oppugnatio. Recte ad eum legati missi : mittebantur ad Poenum, mittebantur pro Hannibalis hostibus, sociis nostris. Quid simile tandem ? Nos ad ciuem mittimus ne imperatorem populi Romani, ne exercitum, ne coloniam circumsedeat, ne oppugnet, ne agros depopuletur, ne sit hostis ?

 

 

Questions : 1. Analysez la rhétorique cicéronienne dans ce passage ; insistez sur sa logique interne.

2. Que signifie la référence fréquente à Hannibal dans cet appel à combattre Antoine ?

 

 

 

La nouvelle présentation de l’épreuve écrite de lettres anciennes au CAPES comprend trois parties : un texte long, latin ou grec suivant option, complété d’une ou plusieurs question(s). L’intitulé de celles-ci (295 mots ici, c’est normalement moins long), d’après les maquettes ministérielles et le premier concours sous cette forme, est généralement très vague. En second lieu, le sujet comporte un assez court texte dans l’autre langue. L’expérience incite à conseiller, compte tenu des barêmes, de se débarrasser d’abord de l’autre texte, qui n’est pas forcément facile, et à bien analyser le texte principal. À titre indicatif, une note de 7/20 sur l’ensemble de l’épreuve est suffisante pour être admissible.



[1] . Adresse directe à L. Fufius Calenus, meneur des partisans d’une négociation.

[2] . Decimus Brutus était consul désigné, mais pour 42 seulement. Il n’avait donc qu’un imperium pro consule.

Partager cette page

Repost 0
Published by