Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 février 2015 3 18 /02 /février /2015 20:24

Le docu de Jean-Jacques Beineix repasse sur arte à 16 h 30, en version partielle de 50'. Je suis tombé dessus par hasard (enfin, je pense que c'est le même, saucissonné), et il y a des choses bien intéressantes. Que ceux que cela intéresse surveillent les programmes, en général arte rediffuse pendant un bon moment.

Ces dernières semaines, la chaîne passait en boucle des docus sur la retraite de Russie, et je dois dire que la manière dont Koutouzov a forcé Bonaparte à faire retraite par une route qu'il avait dévastée trois mois avant m'a donné à réfléchir sur ce qu'aurait pu faire Vercingétorix pour venir à bout de César… à condition de relire César à la lumière de cet événement d'une autre époque.

Le titre : les Gaulois au-delà de la légende. J'ai bien apprécié le collègue qui dit que César a raconté un mythe et pas une histoire, et que si ses écrits avaient disparu… l'on ne raconterait pas l'histoire de la même façon du tout, à partir de l'archéologie qui en raconte une bien différente.

Mais il ne faut quand même pas accuser César d'avoir inventé les druides grimpant aux chênes en toge blanche pour cueillir le gui avec une serpe d'or : cela, c'est une invention de Châteaubriand à partir de sources britanniques médiévales.

Complètement à part, je viens de découvrir le deuxième bouquin de David Gibbins, Les dieux d'Atlantis, 500 pages serrées quand même, avec tous les ingrédients du thriller : plongées dans des volcans en activité, bombardiers en perdition, vieux et nouveaux nazis, gangs d'assassins internationaux, les valeureux héros qui risquent leur peau et échappent à tout… Mais il est intéressant d'avoir un éclairage un peu romancé sur les projets de l'Anhenerbe, ce groupe constitué par Himmler pour retrouver une prétendue civilisation supérieure venue du Grand Nord, prétexte parmi d'autres pour voler des œuvres d'art un peu partout, la folie délirante du régime nazi entre ses débuts et sa fin à Berlin, la survie de certains criminels recueillis en Amérique latine et ailleurs, plus près de nous.

À travers le fatras du thriller, plutôt pesant dans ce deuxième volume, l'auteur développe cette idée que les débuts du néolithique auraient vu la naissance des dieux à figure humaine, face à des héros mythifiés comme Gilgamesh et Noé, anciennement chamans paléolithiques. Il y a des arguments scientifiques pour suggérer que les Déluges légendaires ne reflètent pas un épisode volcanique méditerranéen de l'Âge du Bronze, mais l'élévation des mers à la fin de la dernière glaciation… donc six bons millénaires plus tôt.

Que des légendes aient été transmises pendant 10.000 ans avant d'être écrites pour les premières fois, en assyrien, égyptien ou grec, c'est parfaitement possible. Que le néolithique ait amené des castes de prêtres tout-puissants, c'est maintenant évident. Que des paléolithiques aient atteint l'Australie, c'est constaté (vers 35 millénaires) ; pour l'Amérique, c'et bien possible. Mais il est regrettable que l'auteur, lui-même docteur en archéologie à Cambridge, télescope toute ces périodes pour finalement admettre une expansion indo-européenne qui correspondrait à un très ancien néolithique, au VIIe millénaire. Ce qui rencontre les idées déjà anciennes de Renfrew. Mais beaucoup d'épisodes épiques sur quelques données scientifiques en cours de vérification, c'est assez fragile. Suggestif, mais ambigu. Et 250 pages auraient sufffi, mais c'est le genre qui veut qu'on sorte des pavés.

Partager cet article

Repost 0

commentaires