Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 décembre 2010 3 22 /12 /décembre /2010 16:14

Aryanne de Guillou, Terence et Smit, éd. Himalaya, 9 volumes.

 

Je mentionne parfois cette BD de mémoire, mais après avoir relu les 7 volumes que j'en possède (et dont les derniers étaient soldés à 10 F), je m'aperçois qu'elle n'est historique qu'en ce qu'elle a sombré en 1993 avec un neuvième volume intitulé La cité de la Science, repéré sur Amazon.com. Les volumes se vendent à 18 € sur la toile et n'ont pas l'air d'intéresser beaucoup de monde…

 

De quoi s'agit-il ? Ce n'est pas de l'histoire ancienne : on part d'un mariage diplomatique entre Aryanne de Thul et Guise d'Atlantis, qui devrait souder un empire universel (on reconaît les mythes de l'Atlantide et de Thulé). Mais d'affreux jaloux font capoter (si j'ose dire) le mariage, dont un beau-frère nommé Tarkis (pauvres Étrusques, mis à toutes les sauces !), et au moment de consommer l'union Guise absorbe une potion magique qui le plonge dans une léthargie éternelle. Aryanne prend le même poison, et tous deux sont inhumés dans une tombe où président Anubis et Osiris. Puis un pirate échoue sur une côte quelconque, découvre la tombe, viole la Belle dans la Tombe Dormant, et elle se réveille parce que la dose n'était pas assez forte.

Aryanne et Daho vont parcourir le monde à la recherche de l'antidote pour Guise ; ils rencontrent ainsi des Égyptiens, des Mayas, des Lapons néolithiques, vont jusqu'en Rhodésie par la côte est de l'Afrique avant de remonter jusqu'en Islande où la cité de Thul est toujours debout, mais réduite à une oasis volcanique et entourée de glace, dirigée par un tyran concupiscent ; celui-ci finira tué par les néolithiques, je vous rassure.

C'est bien la tradition de Jacques Martin qui est à l'œuvre dans cette série : aventures dans des environnements hostiles mais toujours renouvelés, sans aucun souci de vraisemblance (et avec quelques contradictions dans le récit même), incendies, noyades, geysers, gouffres, volcans, cataractes, cités isolées… les ingrédients de Tintin, sans le talent et l'exactitude d'Hergé. L'image est surchargée, les textes écrits au début en caractères minuscules, et toutes les 3/4 pages on termine sur une image à suspense qui laisse attendre "le" coup de théâtre. C'est techniquement mal dominé et surtout dépourvu de toute espèce d'intérêt historique.

Ce qui agace le plus est que chaque situation amène de jolies filles à exhiber leurs seins et leurs fesses, et à se plonger dans des piscines pour y rechercher des plaisirs souvent homosexuels. C'est mignon, mais lassant à la longue. L'étrotisme alterne évidemment (on a lu Bataille, ou l'on en a entendu parler) avec la violence, et le sang coule généreusement aussi.

J'ai trouvé que les derniers épisodes étaient un peu plus sobres, le trait épuré, les dialogues un peu réduits (mais toujours avec des fautes de français). N'ayant pas trouvé le tome 9 à la médiathèque locale et me souciant peu de le chercher sur la toile, j'ignorerai longtemps ou toujours si Guise et Aryanne finissent leur nuit de noces… et d'ailleurs peu me chaut.

Partager cet article

Repost 0
Published by - dans LC02
commenter cet article

commentaires