Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 mai 2010 2 18 /05 /mai /2010 20:00

Version:1.0 StartHTML:0000000105 EndHTML:0000006950 StartFragment:0000002352 EndFragment:0000006914

Steve Berry, L'énigme Alexandrie, Pocket, 2009, 600 pages.

Trois scènes d'action en alternance, parfois d'une page à l'autre, ce qui témoigne d'une technique du thriller mal maîtrisée. Du début à la fin, personne ne sait à qui faire confiance, du simple agent secret retraité divorcé d'une avocate au président des USA, à son vice-président et à son principal ministre, en passant par des tueurs du Mossad et un espion de luxe à la solde d'une puissante organisation secrète d'origine médiévale, dirigée selon un rituel archaïque par les plus grandes fortunes d'Europe occidentale.

Les agents doubles pullulent, le Mossad s'allie à l'Arabie saoudite, des personnages sont tués et ressuscitent, les plus honorables s'avèrent d'horribles fripouilles : assez d'ingrédients pour faire un thriller haletant, mais le résultat est poussif. Heureusement, l'auteur limite les échanges sentimentaux, par exemple entre l'ancien espion, son ex-épouse faussement gaffeuse et son fils qui n'est pas de lui… on redoute que ce roman soit adapté à la télévision étatsunienne !

Le fond serait pourtant intéressant : les Chevaliers de la Toison d'Or veulent destabiliser le Moyen-Orient pour y pousser leurs pions ; le gouvernement américain ne détesterait pas les y aider, pour obtenir une baisse du prix du brut, mais le président est du côté sioniste. En secret, issus du fond des âges, des messagers recrutent tous les quinze ou vingt ans des savants, invités à retrouver la bibliothèque d'Alexandrie. Pourquoi ? parce qu'ils ont sauvé des manuscrits inconnus, dont des bibles en hébreu ancien, langue disparue du temps de l'exil à Babylone ; l'un d'eux, le dernier survivant (tous les autres ont été éliminés par le Mossad), a démontré que les Anciens Testaments authentiques transmis par la Torah et, plus encore, par la bible chrétienne fabriquée par Jérôme, révèlent le véritable pays donné par Yahvé à Abram : il se situe en pleine Arabie, au sud de la Mecque, et si cette vérité était divulguée, les trois religions monothéistes se lanceraient dans une guerre infinie. Dans l'immédiat, quand même, le président des USA va être abattu par Ben Laden à l'instigation de son vice-président, lors d'un voyage secret en Afghanistan…

Selon l'habitude des auteurs américains de thrillers, Berry utilise quelques éléments authentiques (par exemple la fin de carrière de David Ben Gourion, mis sur la touche faute d'être resté suffisamment sioniste, ou encore les thèses d'un nommé Kamal Salibi qui voulait, en 1988, situer la terre d'Abram loin de la Palestine, dans le désert de l'Assir ou, de fait, le gouvernement saoudien a fait détruire des sites archéologiques potentiels). Il invente aussi énormément, ce qui n'est pas fort préoccupant, mais surtout il falsifie beaucoup : par exemple en affirmant que ce qu'il appelle l'hébreu ancien (en fait l'hébreu liturgique) était entièrement perdu au IVe siècle avant l'ère courante, alors que l'araméen en est une version orale bâtarde. Le plus drôle est de redécouvrir un échange de courriers où Saint Augustin incite Saint Jérôme à falsifier sa traduction latine de la bible pour qu'Israël reste en Palestine !

Dan Brown ne fut pas le premier à réviser les textes bibliques pour monter de vastes fresques où s'interpénètrent histoire ancienne et moderne (Didier Convard, avec Le triangle secret, avait devancé le Da Vinci Code), et Pocket en publie à la pelle. Dans le genre, on recommandera Giacometti et Ravenne, qui ont au moins de l'humour et ne souffrent pas de traductions insipides, ou encore Henri Loevenbrück.

Partager cet article

Repost 0
Published by - dans LC02
commenter cet article

commentaires