Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 octobre 2013 6 26 /10 /octobre /2013 18:15

Comme il sied, plusieurs jours à l'avance, une campagne médiatique et un lancement en vingt langues à la fois, le même jour et à la même heure… les techniques commerciales sont bien rodées, on dirait l'iPhone 5 ou l'ultime disque de Jacques Brel… sauf que ce dernier, au moins, a plus que satisfait l'attente de ses admirateurs ; c'était en quand, déjà ? 1977.

Je suis passé ce matin par un centre commercial, juste pour le journal et quelques bricoles, et en vieux toujours aussi naïf, je suis ressorti avec Astérix chez les Pictes. Il avait livré avec son piédestal à seize cases, sans doute plusieurs centaines, et occupait toute la place de la table aux nouveautés et aux bouquins locaux (dont il avait donc chassé les miens, entre autres).

Uderzo, donc, a renoncé à dessiner en raison de son âge avancé, et aussi à scénariser. Est-ce Ferri et Conrad ont repris le flambeau, comme certains l'ont fait avec Lucky Luke et avec Spirou ? Franchement non. Le dessin est conforme, bien que Nessie ait l'air franchement bête, mais l'intrigue… des morceaux de Normands et de Coup du menhir (un chef calédonien, sosie d'Oumpa-pah, arrive sur la côte dans un énorme glaçon, et le druide le décongèle, mais il ne parle pas… ou du moins il ne dépasse les refrains folk et rock basiques). Il faut bien entendu l'aider à reconquérir son trône usurpé par un collabo, plus vilain que nature (comme les clans ont des codes de couleurs, le méchant est vert avec cheveux et barbe rouges… et s'appelle Mac Abbeh). Rien ne manque, la fiancée éperdue qui croyait l'avoir perdu, les Romains aussi cons que maladroits, les chefs de clans qui se réconcilient in extremis. Quant aux calembours, il faudrait savoir que les meilleurs sont ceux qu'on n'a pas à répéter… et là, on les use jusqu'à la corde.

César, bien sûr, n'a jamais mis les caligae en Écosse, mais ce n'est pas non plus Hadrien qui a le premier reculé devant ces grands résistants en construisant son mur de la honte en 122, suivi par Antonin vers 145 : des études britanniques encore presque inédites montrent que Julius Agricola, le beau-père de Tacite, avait atteint la Calédonie et installé des fortins au nord du Firth of Forth dans les années 60. Les Caledoni ne sont rebaptisés Picti (= hommes peints) que sous influence germanique au troisième siècle.

En un mot, vous pouvez attendre qu'un copain vous prête son exemplaire, vous pourrez boire (à ma santé) une demi-douzaine de cafés au comptoir.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Yannick Jaouen 31/10/2013 18:33


Bien qu'ayant longtemps foulé les rives nivernaises de l'Yonne, du Morvan jusqu'aux Vaux, tel un bois flotté, j'ignorais, hélas, l'existence du concours de pamphlets de Clamecy... tout juste
ai-je gagné un jour, le concours de poésie d'un lycée Romain Rolland de banlieue parisienne...Le lien est ténu !

Yannick Jaouen 27/10/2013 19:03


Passe pour l'anachronisme Pictes/Calédoniens: on retrouve le même dès le deuxième album, Astérix chez les Goths ! Mais je redoutais d'autant plus ce 35ème opus que j'ai lu qu'Uderzo a encore
étroitement participé au scénario. Vu ses talents de scénariste largement éprouvés depuis "le grand fossé" et donc effectivement pas à la hauteur de feu son co-auteur, je suivrai votre conseil et
me réserverai encore pour le prochain: Astérix chez les Bataves, parait-il! ...Sans oublier quelques cafés à votre santé.

Adam 31/10/2013 18:05



L'anachronisme est assumé, comme dans Rahan où le néolithique se confond avec l'épi- et même le paléolithique ; dans le temps, j'avertissais quand même les élèves de collège, mais puisque
l'histoire est un corps mort… ce que je reproche surtout à cet album est d'être dépourvu d'humour, d'intérêt, de gags, que la seule caricature soit un "chanteur" en survie, et les calembours sont
incompréhensibles à part pour des vieux comme nous…


À ce propos, est-ce bien vous qui avez gagné le concours du pamphlet de Clamecy ? N'étant plus au jury, j'attends la publication.